Ma coopération à moi

Il aurait fallu que tu me vois me pavaner comme un paon.

J’étais plus radieux que la saison. Plus fier que la fierté.

Tous les matins, sans exception, quand je passais sous l’écriteau d’Oxfam-Québec, je me sentais tellement en vie.

Les quelques mètres qui me séparaient de la porte à partir du coin de la rue, je te jure que je les flottais.

C’est parce que j’avais le cœur en montgolfière.

Malgré le pas-de-sommeil-à-cause-que-je-travaille-le-soir-à-Sherbrooke-ou-ben-que-je-suis-reçu-comme-un-frère-chez-deux-amies-en-or-massif.

Malgré le syndrome de l’imposteur-parce-que-dans-le-fond-je-suis-tu-si-vraiment-assez-ça-moi.

Malgré le me-lever-à-5-heures-du-mat-ça-fait-que-ça-goûte-le-métal-dans-ma-bouche.

 

Un checkpoint de vie. Bang. Bonne place au bon moment Nath, qu’à me disait la vie. Bangerang que je lui ai répondu.

C’était comme tout ce qu’il y a de plus beau. Mais en vrai.

Littéralement.

T’aurais capoté.

Je sais que c’est encore nébuleux un peu tout ça pour toi.

Imagine pour moi.

Mais j’vais faire un effort pis j’vais te dire elle ressemble à quoi ma coopération à moi.

Elle s’appelle Léane, Ophélia, Laure, Véronique, Mylène, Jacqueline, Souleymane, Patrice, Sosthène, Émile, Léonard ou Mystérieuse P.

Elle est plurielle ma coopération. De par son âge, de par ses expériences, de par sa route en générale. Elle a beau venir des quatre coins du globe, elle s’est nichée en plein centre de mon coeur.

Je l’aime déjà beaucoup ma coopération. Genre que si c’était Pâques, je lui achèterais un chocolat. Genre que je souhaite de toute mes forces qu’on va se nourrir le contact elle et moi.

Elle se développe sous l’oeil attendri d’une équipe de formateurs et de formatrices tellement vraiment-si-assez-ça que tu t’endors rassuré pour le monde, le soir, parce que tu sais que ça existe pour vrai des gens de même. Que c’est pas juste dans les films.

Pour vrai, te dire que je suis tombé en amour, ça serait un euphémisme.

Parce qu’elle m’inspire ma coopération.

Elle me fait vouloir être plus grand, plus vrai, plus beau, plus fort, plus vulnérable, plus sensible.

Je partirais demain si je pouvais, tellement elle m’a fait comprendre que c’était ça.

Juste tellement ça.

Faut pas que tu sois jaloux.se de ma coopération tsé.

C’est comme ma nouvelle flamme. Elle va prendre de la place, oui, mais elle me rend tellement heureux.

Je pars juste dans deux mois en plus. Un petit peu moins.

D’ici là, j’vais te serrer dans mes bras, question de me remplir les bajoues du coeur avec ton odeur pour le long voyage.

On va trouver notre équilibre dans cette nouvelle vie là, inquiète toi pas.

Bisouxxx

Advertisements

Une réflexion sur “Ma coopération à moi

  1. Comme à chaque fois où l’on se prend dans nos bras, on se remplit! Maintenant, nous ferons juste plus de réserves… Je savais depuis le départ que ce projet était ta coopération. Tu es coopération!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s