Kin en vrac. 1.

Mbote na yo, baninga. Bonjour à toi, mes ami.e.s,

On utilise deux monnaies : Le franc congolais et le dollar américain.

Traverser une rue est un acte de foi; les voitures sont impératrices du Congo.

Mon épicerie me coûte le double qu’au Québec. Sinon le triple.

Papa Alphonse, le chauffeur d’Oxfam, m’apprend un peu de Lingala. Un mot par jour. Jusqu’à fluidité.

Oxfam a une équipe béton. Béton armé recouvert de vernis de vitre de béton. Solide.

J’ai déjà appelé 4 fois pour me plaindre de mon service cellulaire. J’avais perdu les 3 premières batailles.

La RDC, c’est l’Eden des ONG. Tout le monde est présent. Littéralement.

Le soir, j’écoute des Games of Thrones avant de me coucher. Parce que j’ai du temps ici, avant de me coucher.

Le café coûte une fortune et goûte ce qu’il peut. Je me cherche une nouvelle dépendance.

Je prends mon temps pour apprivoiser les lieux. Chaque jour ma zone sécurisée s’élargie de quelques mètres. Bientôt, je pourrai parcourir le centre-ville seul.

Je vis présentement chez un collègue, le temps de me trouver un logement à moi. Il a le câble. Je regarde des émissions en mangeant le soir.

La bière locale s’appelle la Tembo. Elle est bien bonne. J’y goûte souvent pour savoir si elle goûte toujours la même chose. Pour l’instant, une belle constance.

La connexion internet de la maison n’est pas fameuse. Pour l’instant Skype est un baleineau et Facetime un éléphant.

Un repas au restaurant coûte aux environs de 20$ US. Pour les choses abordables.

C’était la fête de Lucie cette semaine, je lui ai fait un gâteau. C’était bon.

Il y a un air clim dans ma chambre. Mais elle ne marche pas. Elle fait comme un ventilateur par contre. Ce qui est FORMIDABLE.

J’ai arrêté de manger mes ongles. Ils sont longs. Hier je les ai limés. Certaines choses changent.

Il fait entre 28 et 34. C’est le début de la saison sèche. Pendant 3 mois. Le reste de l’année c’est la saison des pluies. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, je n’ai pas chaud. C’est une chaleur différente ici. Et je ne suis pas à la course. Et je ne marche pas tant que ça. Et je suis souvent à l’intérieur. Dans le fond, je n’ai aucune idée s’il fait chaud ou pas.

Hier, nous ne sommes pas rentrés au boulot. Des manifestations étaient prévues. Finalement, ici, il n’y a pas eu de morts. La politique ici, c’est quelque chose. J’ai encore beaucoup de chose à apprendre.

Tikala malamu. Porte-toi bien.

Advertisements

7 réflexions sur “Kin en vrac. 1.

  1. Contente d’avoir de tes nouvelles! À tous les jours, j’ai une petite pensée pour toi mon ami xxx
    Attention à la bière locale! Sera-t-elle ta nouvelle dépendance? 😉
    Je t’aime mon ami! Prends soin de toi xxxxxxxxxxx

    Aimé par 1 personne

  2. C’est formidable ton blogue ! Je te lis déjà et sens que je te lirai religieusement. J’adore ta plume! Je pense a toi souvent l’air de rien. Steph Beaudoin est d’ailleurs venue manger au resto ou je bosse cette semaine et on parlait de toi. Profites!!! Xoxo

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s