Bilan. 1.

Hey. Bonne année. Bon Passage. Bon renouveau. Bon whatever. Bon Tout.

J’adore les fins/débuts d’année. Parce que ça résonne bilan. Que tu veules ou pas, on va Inception en toi l’idée que Bilan-Il-Faut.

J’aime ça les bilans. C’est pas mal le seul temps d’arrêt que j’aime dans la vie. J’suis pas trop du genre escale, ou halte-pipi, ni on-se-donne-un-break-j’pu-sûr-de-mes-fellings, pas plus que l’apnée du sommeil. Tu comprends le principe.

Mais les bilans. Je cœur fort. C’est comme l’inventaire de mes outils de vie. La cartographie de mes scratchs. Ça fait du bien de se refaire une check-list de vie.

Dans la dernière année, j’ai été confronté plus que jamais à définir/redéfinir/ordonnancer mes valeurs.

Face à la différence, au nouveau, on se fait ramener en soi rien que sur un temps.

Je me suis rendu compte que :

Les relations humaines priment sur toutes mes activités. Professionnelles ou personnelles.

J’ai besoin de m’impliquer bénévolement dans un moins un projet qui m’élève.

L’équité est un de mes principes phares. Je pense que c’est mon synonyme de Justice.

J’ai peur des gens qui se replient sur eux.  Même quand c’est pour se protéger ou protéger quelque chose qu’ils aiment. Je crois que l’ouverture est la seule façon de tuer la morosité dans lequel j’ai l’impression que le Monde est plongé.

L’amour, plus que jamais, ne connais pas de frontières. Même si la matérialisation de l’absence est douloureuse par moment, les gens que j’aime sont présents en moi, inconditionnellement et quotidiennement.

Le plus beau rôle de ma vie, c’est celui de Mononc’Parrain.

L’audace paie.

Le Confort est une mauvaise conseillère. Autant que l’Égo et la Jalousie.

Il y a plusieurs façons de se battre dans la vie. Que la confrontation n’est pas la voie que je souhaite prendre.

L’humilité est vraiment le plus doux des territoires.

Je voulais aussi te remercier. Pour l’Aventure avec un grand A. Celle dans laquelle tu m’accompagnes encore et toujours. Savais-tu que je ne serais pas ce que  je suis, ni où je suis, si tu n’avais pas été là? Merci. Tellement.

Je t’aime.

Prends soin de toi.

Image: The Nest that sailed the sky, 48 x 60. (d’après la chanson de Peter Gabriel) de la plus que talentueuse et extraordinaire amie Fred Giguère.
http://www.facebook.com/fred.giguere.5

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s